Pierre & Michel Sardou

 

Michel Sardou et Pierre Billon, qui se sont connus en 1963 dans les coulisses de l'ABC où jouaient leurs parents respectifs (Patachou, Fernand et Jackie Sardou), se retrouvent au printemps 1968. Pierre écrira sur ce moment dans un texte intitulé " Un grand frère de mon âge " destiné à être publié dans le programme de tournée 78/79 de Michel Sardou : " Dix minutes après la première poignée de main, nous étions des copains ; vingt minutes après : des amis à la vie à la mort ; une heure après : j'avais un frère qui allait changer ma vie.

 

 

Mai 1968 ! définitivement un mois bien long, étalait sa kermesse aux quatre coins de Paris, avec des relents de lacrymogène, de bières et de pavés.
( Michel ) et moi-même hantions les restaurants américains pour y recons- truire une nouvelle Amérique, ou plutôt  'A New America'.J’avais fait toutes mes études à New-York et lui n’y était jamais allé… et pourtant, c’est lui, avec des gratte-ciel au fond de sa tête et des plaines immenses dans ses yeux, qui m’en racontait les contours, les gens, les bisons et les filles.

 

 
 Je connaissais trois accords que ma guitare avait bien voulu m’apprendre, (les mêmes qu’aujour- d’hui, d’ailleurs), alors (…) on s’est assis au coin d’un feu tout en haut de la Butte Montmartre, qui comme chacun le sait, domine la baie de San Francisco…Et on a écrit une chanson…Pour moi, c’était la première, et son air de joie m’a porté jusqu’à aujourd’hui…" A partir de là, effectivement, la carrière de Pierre va réellement commencer. Non seulement , il sera un des auteurs- compositeurs de Michel Sardou, arrangera de nombreuses chansons et réalisera des albums pour le chanteur, mais il va devenir chanteur à son tour. Première partie de Michel, il l’accompagnera aussi parfois à la guitare sur scène.

 Mais avec Michel Sardou, il ne s’agit pas que d’une collaboration artistique. Les liens qui unissent les deux hommes sont beaucoup plus profonds. Pierre Billon : " Michel Sardou, c’est surtout, et avant tout, une grande tendresse, une amitié claire et forte comme le Pont d’Avignon, et un grand frère de mon âge "

 Ils partiront en tournée ensemble, voyageront ensemble, partageant les mêmes fêtes, les mêmes vacances, fréquentant les mêmes amis.

 
  Avec l’un d’entre eux (Tao Bi, musicien corse qui accompagnait Michel à ses débuts) ils se feront tatouer le même aigle sur le bras droit, avec leurs noms respectifs, au cours d’un voyage mémorable aux Etats-Unis. Depuis, Pierre a tatoué sur la peau le nom de SARDOU, et Michel a celui de BILLON . Et quand, en 1978, Pierre deviendra papa d’un charmant petit garçon, il choisira bien sûr Sardou comme parrain, et baptisera l’enfant Pierre-Michel.

 

 
 En 1981, Pierre Billon va rejoindre l’équipe de leur ami commun : Johnny Hallyday. Désormais, les routes de Michel Sardou et de Pierre Billon se séparent. Comme l’écrivait Florence Michel dans son ouvrage consacré à Sardou – Editions Seghers " Difficile d’en savoir plus que le fait. Personne n’a vraiment envie de revenir sur le sujet. Ni Revaux, ni Talar, ni Billon, et encore moins Sardou. (…) On sent que cette rupture-là a été particuliè- rement dure à encaisser.

 

-Cet aigle « effaçable en cas de brouille », vous l’avez toujours, Michel ?

- Mais bien sûr ! On ne peut pas l’effacer, c’est pas vrai ! On peut se faire greffer de la peau dessus mais c’est très douloureux et très laid – et on n’en est pas là ! Pierre reste et restera, quoi qu’il arrive, mon ami d’enfance. On ne raye pas vingt ans de vie comme ça. "  

 Questionné par un téléspectateur durant son "Jeu de la Vérité" en 1985, Michel Sardou s'est à nouveau exprimé sur cette séparation: "Avec Pierre, l'amitié n'a jamais cessé, on ne s'est pas fâché du tout. Pierre est parti de son plein gré... parce que travailler dans une équipe comme la mienne ou celle de Johnny, c'est très épuisant...pour tout le monde. Les gens on les presse...Avec Pierre, ce qui s'est passé c'est qu'avec le temps, on avait fait d'excellentes chansons ensemble, et puis on ne se trouvait plus... Pas le climat d'amitié, mais le climat de création. Il a trouvé un meilleur climat chez Johnny, donc il est parti, mais il n'y a pas eu de conflit, il n'y a pas eu de bagarre. Et puis, la vie a passé, et maintenant on peut retravailler ensemble un jour, peut-être, parce que notre métier c'est comme un bocal, on se sépare mais on se retrouve le lendemain..."

D'ailleurs, on reverra Pierre Billon durant le marathon de Sardou à l’Olympia en 1995. Il assurera les choeurs d’une des premières parties de Michel : la chanteuse Caro, pour laquelle il a écrit quelques titres. Pierre, accompagné de sa mère Patachou, assistera évidemment aux obsèques de Jackie Sardou en 1998.

 

 

 
 Pierre a donc été le collaborateur de Michel Sardou de la fin des années 60 jusqu’au début des années 80, et il est bien difficile , en raison de la relation particulière qu’entretenait les deux hommes, d’établir l’influence artistique que chacun a pu avoir sur l’autre, comme en témoigne cette anecdote extraite du livre « La moitié du chemin » Editions Nathan. Au sujet de la chanson " Si j’étais ", dont l’auteur est Sardou lui-même, Pierre Billon ayant composé la musique, Michel commente: " c’est une chanson à la Billon. Elle tourne en rond au-dessus d’une guitare à douze cordes. Je n’ai jamais vraiment su ce qu’elle voulait dire. Elle sonnait bien ".

 

Sa collaboration à la discographie de Michel Sardou

 

 

 

 

 Comme auteur:

 Comme compositeur:
A des années d’ici   8 jours à El Paso
Dans la même année – (co-écrite avec Michel Sardou)   América, América – (avec Jacques Revaux)
Dix ans plus tôt – (co-écrite avec Michel Sardou)   Déborah
Dossier D – (co-écrite avec Pierre Delanoë)   Etre une femme – (avec J. Revaux/ M. Sardou)
Je ne suis pas mort, je dors ! – (co-écrite avec Michel Sardou)   Finir l’amour
Je vole – (co-écrite avec Michel Sardou)   Ils ont le pétrole, mais c’est tout

K7 – (co-écrite avec Michel Sardou)

  La génération « Loving you »– (avec J. Revaux)
La donneuse – (co-écrite avec Pierre Delanoë)   La haine – (avec Jacques Revaux)
La main aux fesses – (co-écrite avec Michel Sardou)   La tête assez dure – (avec Michel Sardou)
La maison en enfer – (co-écrite avec Pierre Delanoë)   Le mauvais homme
Last flight (Je vole)    Le prix d’un homme   
Marco Perez - (co-écrite avec Pierre Delanoë)   Méfions-nous des fourmis
UFO    – (co-écrite avec Pierre Delanoë)   Monsieur Ménard
    Quand je serai vieux
    Si j’étais -- (avec Jacques Revaux)
    Victoria – (avec Jacques Revaux)
    X Ray

 Comme Réalisateur, Directeur artistique:
 En qualité de réalisateur ou de directeur artistique, Pierre a participé à plusieurs albums studio et deux enregistrements Live au Palais des Congrès. Les pochettes de ces différents albums sont présentées ici. A noter, que Pierre a également produit, assuré l’arrangement, participé aux chœurs de certains titres et, qu’à l’occasion, il a même conçu l’intérieur d’une pochette de disque !

Page suivante

  Sur Michel Sardou, cliquez aussi sur :

Un enfant de la balle

Une passion, la moto

Les chansons de Pierre Billon